lunedì 2 aprile 2012

Interviste sul romanzo storico, 2: Nicole Fabre


Ecco le risposte della scrittrice francese Nicole Fabre alle domande della mia seconda liceo sul romanzo storico.

1 - Qual è secondo te l'epoca più interessante per l'ambientazione di un romanzo storico?
2 - Che cosa non dovrebbe essere un romanzo storico?
3 - Perché scrivere ancora oggi romanzi storici?
4 - Attraverso quali fasi passa la scrittura di un romanzo storico?
5 - Come ti documenti per la stesura di un romanzo storico?


1 - Selon moi, il n'y a pas d'époque plus ou moins intéressante à traiter, dans un roman historique. Ce sont les sujets qui s'inscrivent dans une époque qui en font l'intérêt. J'ai traité l'Italie fasciste parce que je voulais expliquer aux Français, les causes du fascisme et les responsabilités de certains pays européens, notamment de la France et de la Grande-Bretagne, dans l'arrivée au pouvoir de Mussolini. De même, dans un autre roman, j'ai parlé de la Renaissance, uniquement parce que le sujet, Léonard de Vinci, s'inscrivait dans cette époque.

2 - J'ai, en partie répondu à cela dans la question 1. Le but d'un roman historique ne devrait pas être de mettre des personnages en costumes et de les faire évoluer comme s'ils se trouvaient sur une scène de théâtre. Il doit avoir un autre motif que de recréer une époque. Il peut permettre, comme je le disais, de mettre en lumière un moment déterminant de l'Histoire, le comportement d'un personnage, les conséquences que sa folie ou son génie a pu avoir sur ses contemporains. Ce travail de vulgarisation ne doit, donc, pas être gratuit. Il doit avoir une finalité précise.

3 - Les mêmes causes engendrant les mêmes effets, ill y a des leçons à tirer de l'Histoire. Par le biais du roman historique, on peut développer cela et alerter sur un problème précis. Pour en revenir au fascisme ou au nazisme, on se dit que sans une crise économique sans précédent, Hitler et Mussolini ne seraient sans doute pas arrivés au pouvoir. Ecrire là-dessus, permet de dire "ATTENTION ! RESTONS VIGILANTS ! Une autre crise économique d'envergure est toujours possible. Elle peut provoquer une autre montée en puissance d'une dictature politique ou religieuse, comme on le voit, actuellement, au Moyen-Orient. " Pourquoi? Parce que l'Histoire nous a montré qu'un peuple humilié par la misère, poussé au désespoir par la faim est prêt à croire au premier individu qui se dresse le poing levé et qui lui promet du pain. Des thèmes comme celui-ci étant toujours, hélas, d'actualité, il y a encore des raisons d'écrire des romans historiques sur ce sujet. Et sur d'autres, évidemment.

4 - La première phase est l'étude de la période. Ensuite, dans mon cas, je fais des synthèses des notes prises. J'en ressors une chronologie précise sur l"époque avec ses faits les plus marquants. Puis, je fais des synthèses par thème: lieux, costumes, nourriture, hygiène, etc... Je dois restituer non seulement l'époque de mon roman, mais habiller mes personnages, les faire manger, bouger, leur donner vie de façon crédible car le lecteur doit avoir l'impression de se retrouver plongé dans ce moment de l'histoire. Tout cela demande un gros travail de documentation. Seulement après, je peux commencer à construire le plan de mon roman. Parfois, ce synopsis fait, pour moi, une cinquantaine de pages. Vient, enfin, la dernière phase, l'écriture du roman.

5 - J'utilise les travaux d'historiens spécialisés dans l'époque. Je compare leurs thèses et je vérifie qu'elles se recoupent afin d'être certaine de ne pas écrire ensuite, de bêtise. Il est très important de faire, là-dessus, un sérieux travail de vérification.

Nicole Fabre vive a La Seyne-sur-Mer nel Var. Da anni si dedica al romanzo storico, manifestando un particolare interesse per le vicende passate dell’Italia. Con “La nuit italienne” del 2006 (tradotto per Gremese con il titolo “La notte italiana”) e “Demain à Rome” del 2009 (entrambi pubblicati da Lattès) indaga la società del periodo fascista; con “Léonard le Toscan” (Mazarin, 2000) ha esplorato la figura di Leonardo da Vinci; “Le jardin du Fraxinet” (Albin Michel, 1997), “L’ombre du Prophète” e “La princesse barbare” (entrambi Balland) hanno ripercorso invece momenti diversi del Medioevo.

Nessun commento: